La compagnie

La compagnie

Créée en 2002

La compagnie Les guêpes rouges-théâtre est née en 2002 à l’initiative de Rachel Dufour, metteure en scène et comédienne. Elle regroupe plusieurs artistes dans des projets qui croisent les formes scéniques et les arts vivants : comédiens professionnels, chorégraphes et danseurs, grands témoins, philosophes, auteurs, scénographes, vidéastes, plasticiens… De cette tribu élargie, naissent des propositions protéiformes qui engagent spectateurs et acteurs dans un rapport à échelle variable où la question du sens reste primordiale. Le théâtre que nous voulons est une recherche esthétique qui s’appuie sur un rapport social et politique entre l’art et le monde pour réactiver la possibilité d’une pensée commune, d’un enchantement lucide et d’une poétisation du réel.

En lien avec le territoire

La compagnie vient d’arriver en résidence pour 3 ans à Clermont-Ferrand avec son projet LES HAUTS PLATEAUX : théâtre à table pour territoires curieux. C’est une résidence de quartier  développée sur trois ans : 1 année par quartier avec un travail de territoire qui donne lieu à des représentations et à de nombreuses actions croisées avec la Ville. Depuis sa création, la cie a développé son travail et son langage artistique dans des résidences-associations. A Riom (63) de 2005 à 2009 / A Beaumont (63) de 2010 à 2015 / A Clermont-Ferrand (63) pour les années 2016, 2017 et 2018. Cette inscription dans des territoires de travail fonde son identité artistique dans un double mouvement : nourrir le projet artistique global des réalités du territoire et nourrir le territoire avec les propositions artistiques. Au-delà d’une simple implantation sur un territoire de travail, ces résidences sont au cœur de la réflexion et des enjeux artistiques de la cie.

La compagnie
La compagnie

Un théâtre hors les murs

La compagnie développe son travail le plus souvent hors les murs du théâtre en investissant des lieux de la ville comme scénographies réalistes ou imaginaires afin d’ancrer son travail dans l’espace social au sens large : ancienne piscine municipale, ancienne manufacture des tabacs, parking souterrain, terrain de basket, salle des fêtes, pied des tours… Le travail se distingue du théâtre de rue par son esthétique minimaliste soignée et un rapport affirmé au texte littéraire et à la pensée . Dans les espaces publiques et les lieux de croisements, la cie interroge toujours cet aller-retour entre la vie et l’art, entre le temps de l’actualité et celui du théâtre, entre le corps des acteurs et celui des spectateurs. Les propositions des Guêpes rouges-théâtre cherchent à ranimer le sens, l’engagement poétique des corps, l’engagement politique des mots. 

Entre créations et formats d’exploration :

Les créations, temps forts de la cie, ont lieu tous les deux à trois ans. Elles se nourrissent des formats d’exploration. Ces formats sont des créations modélisées pour les territoires de résidence. Élaborés en 3 à 4 semaines de travail, avec les collaborateurs réguliers de la cie et des artistes invités, ils sont l’occasion d’explorer de nouvelles collaborations et rencontres artistiques, de chercher de nouveaux langages théâtraux, de se déployer dans des propositions hors les murs en refusant l’abord patrimonial ou touristique. Ils ont comme vocation première la rencontre avec les publics-habitants du territoire de résidence autour de propositions artistiques fortes éloignant toute démarche d’animation. Ils permettent souvent de mener les premières explorations concrètes des créations à venir.

La compagnie