Un diptyque entre fête et révolution, qui fait griller les merguez de 1789 et qui regarde monter la fumée de nos idéaux aujourd’hui.

création janvier 2024
[EN PRODUCTION]

Durée envisagée : 2h10

Dans la foulée de Joue ta Pnyx! (expérience démocratique pour les collégiens), la compagnie poursuit son exploration de la démocratie, en cultivant les pas de côté qu’elle affectionne. Dans une tentative de saisissement d’événements historiques et du dialogue que cela provoque avec notre sensibilité contemporaine. Dans une recherche de ce qui fait théâtre, un soir, avec des gens qu’on appelle des spectateurs.

C’est un diptyque qui met en dialogue la naissance de la Révolution en 1789 et nos soulèvements désirables aujourd’hui : il y a 14 juillet et il y a 7 fois la révolution.

14 juillet est l’Acte 1. C’est l’adaptation scénique du roman du même nom d’Eric Vuillard (éditions Actes Sud).
Évoquer la Révolution aujourd’hui n’est pas un simple geste historique. C’est aussi devenir témoins de nous-mêmes, de nos renoncements et de nos désirs contemporains.
A partir de ce récit qui retrace la journée du 14 juillet 1789, à hauteur des hommes et femmes du peuple, nous condensons une adaptation théâtrale, en rapport frontal. C’est un format au plateau, avec l’empreinte qui marque les esthétiques de la cie : floutage des frontières entre fiction et temporalité réelle, entre plateau et salle, entre personnages et personnes, entre spectateurs et peuple. Ca déborde, normal c’est la Révolution : la scène sort de ses limites, le cadre s’ouvre, on convoque l’histoire et ça agit(e).
Six acteurices dont un musicien sont au plateau, dans une convocation performative de l’énergie des événements historiques et du rapport que nous entretenons à leur célébration. Le menuet devient electro. Et le ketchup des saucisses merguez devient le sang du peuple. En arrière plan, la Révolution se cartographie et la fête se prépare.
Durée estimée : 1h10

7 fois la révolution est l’Acte 2.
C’est une fête qui questionne notre relation contemporaine au concept de révolution. C’est une enquête en direct : autour de quoi nous assembler aujourd’hui, quel élan collectif, joyeux et responsable convoquer ?
La frontière entre la salle et la scène est abolie. Toute la salle devient le lieu où nous vivons ensemble le temps d’une soirée en cherchant l’objet possible de nos soulèvements désirables. C’est une recherche de fête commune, puisque la fête, comme la Révolution, ne vit que de la puissance d’unir.
C’est une grande performance collective au cours de laquelle le théâtre pourrait nous donner au moins des forces et un élan. Que reste-t‘il du théâtre face à la révolution ? Le théâtre est mort, vive le théâtre ! puisqu’il doit être une fête, du présent, des possibles, de la convocation. Nous sommes ensemble. Nous ne nous connaissons pas, presque rien ne nous unit encore, si ce n’est une certaine vibration. Ça ressemble à un lendemain de révolution : Jour 1 / Acte 2.
Durée estimée : 1h00

© GRioTTe | Répétitions février 2023

Conception et mise en scène : Rachel Dufour

Collaboration artistique : Chrystel Pellerin

Avec : Belaïd Boudelal | Marie-Anne Denis | Jessy Youssef Khalil | Noëlle Miral | Pierre-François Pommier | Rachel Dufour

Musique au plateau : Belaïd Boudelal

Création et régie lumière : François Blondel et Théotime Aguilar (en alternance)

Scénographie : Yolande Barakrok

Construction : François Jourfier

Eclairage philosophique : Gérard Guièze

Commande texte à un.e auteurice : En cours

Administration : Pauline Lorenzini

Production/diffusion : Virginie Marciniak

Projet culturel de la cie : Camille Aguilar

Production en cours
Coproductions et accueils en résidences de création : La Comédie – Scène Nationale de Clermont-Ferrand (63) | Théâtre Jean Lurçat – Scène Nationale d’Aubusson (23) | Accès Soirs – Scène labellisée Auvergne Rhône Alpes -Ville de Riom (63) | La 2Deuche – Scène labellisée Auvergne Rhône Alpes – Lempdes (63) | Théâtre des Trois Chênes Loiron Ruillé (53) | Le Quatrain – Clisson et Sèvres Communauté (44) | La Palène – Rouillac (16)
Accueils en résidence hors coproductions : La Cour des Trois Coquins – Scène vivante de la Ville de Clermont-Ferrand (63) | Théâtre du Point du Jour – Lyon (69)
Soutien à la résidence : Théâtre du Point du Jour – Lyon (69)
Aides à la création en cours : ADAMI ­| Conseil départemental du Puy de Dôme
Avec le soutien de la Ville de Clermont Ferrand via Les contre-plongées